Rechercher

Les 9 caractéristiques des personnes boulimiques.

Mis à jour : 28 mars 2020

Les personnes atteintes de TCA tel que la boulimie ont des caractéristiques bien particulières sur leur façon de fonctionner, de penser ou d’agir. Evidemment, chaque personne est différente et chacun aura sa propre vision en fonction de ses expériences passées. Cependant, les personnes boulimiques/hyperphagiques ont des caractéristiques qui leur sont propres. Observer les points en communs que ces personnes ont vous permettra peut être de mieux vous connaître et de savoir par ou commencer votre travail sur vous-même.


Voici les 8 caractéristiques de personnes atteintes de TCA :


FAIBLE ESTIME DE SOI


Les personnes boulimiques ont une très faible estime d’elle-même. Elles vont avoir tendance à se dévaloriser et se rabaisser constamment. Leurs croyances limitantes tournent autour des mêmes sujets : Le rejet et l’abandon. La faible image qu’elles ont d’elles-mêmes les enferme dans un auto-sabotage qui ne leur permet pas d’avoir un bon contact social. Elles ont tendance à se rejeter elle-même des relations et se sentent souvent très seul même si elles sont bien entourées.


HYPERCONTRÔLE ET PEU DE CONFIANCE EN SOI


Les personnes boulimiques ont un besoin de contrôle sur tout ce qui les entoure et en particulier sur leur corps et leur poids. Elles ont peur que quelque chose leur échappe. Bien entendu, le lien entre le contrôle et l’estime de soi est présent. Une personne qui a peu d’estime d’elle-même a une faible confiance en et donc une faible confiance en la vie en générale. Le fait de tout vouloir contrôler les empêche de vivre vraiment. Elles pensent à l’avenir en anticipant ce qui pourrait se passer et ne vivent pas vraiment l’instant présent. Ce comportement n’est pas forcément mauvais si la personne arrive à bien s’organiser et mettre à profit son énergie et son tempérament d’entrepreneuse.


FAIBLE ANCRAGE – MENTAL HYPERACTIF


Un faible ancrage est le résultat d’un mental hyperactif. Le fait de ne pas s’accepter pleinement implique également qu’elles ont du mal à accepter leur vie, leur corps et l’expérience humaine dans sa globalité. Elles ont donc tendance à tout analyser, à mentaliser ce qui les entoure et donc à ne pas être pleinement présente à elle-même. Une bonne méditation en pleine conscience pourrait leur faire du bien.


RAPPORT AVEC LA MÈRE DIFFICILE – RECONNAISSANTE – ABANDON


La plupart des personnes boulimiques ne le savent pas mais elles ont tendance à idéaliser leur parent et principalement leur mère. Elles ont un comportement qui les pousse à tout faire pour être accepter de leur mère en essayant d’être la femme la plus parfaite possible. Ce sont des personnes qui ont ressenti un certain rejet ou abandon de la part d’un parent. Elles vont donc enclencher plusieurs mécanisme : disparaître par peur de déranger (anorexie), vouloir maigrir et contrôler leur poids/vie pour montrer qu’elles en sont capables (boulimie/anorexie), mettre leur mère en priorité en s’oubliant et en cachant leur mal-être (boulimie).


S’OUBLIER AU DÉTRIMENT DE L’AUTRE - MANQUE DE LIMITE ENVERS LES AUTRES


Comme dit précédemment, la personne boulimique/anorexique a une très faible estime d’elle-même ce qui entraîne chez elle une volonté de se faire accepter par l’autre. Si vous vous reconnaissez dans ce schéma, je vous invite à commencer un travail d’acceptation de vous-même sous toutes vos formes (défauts, ombres, mimiques, tics, pensées…) car personne ne pourra combler l’amour que vous ne vous donnez pas. Votre soif de reconnaissante et d’amour vous amènera à oublier de mettre des limites dans vos relations, c’est ce qui amène la manipulation facile de ces personnes.


NE PAS VIVRE LES ÉMOTIONS – INTÉRIORISER


Qui dit mentalisation dit manque d’extériorisation. Lorsque des pensées vous traversent, une émotion l’accompagne en souvenir d’une expérience passée. En effet, nous ne pouvons pas avoir d’émotions sans pensées au préalable. Chez les personnes boulimiques, les pensées vont très vite et elles ont eu tendance à mettre en œuvre un mécanisme de défense en changeant de penser rapidement afin de ne rien ressentir. Ces pensées sont la plupart du temps très culpabilisantes pour la personne. Ensuite, elle aura tendance à manger ses émotions afin de stimuler l’hormone du plaisir en esquivant les larmes.


TROUBLES DIGESTIFS


Les troubles digestifs concernent une majorité de la population. Cependant, des études ont montrés que l’état de notre flore intestinale a un rôle à jouer dans nos envies et choix alimentaires. Une flore déséquilibré peut davantage nous donner envie de manger sucré. En plus des troubles favorisés par les crises et compulsions, la personne boulimique a de base une flore à terrain dépressif et boulimique.


DU MAL A AVANCER

L’impression de stagner, de ne pas avancer, de s’ennuyer voir d’être inutile traversent souvent l’esprit des boulimiques. L’hyperactivité cérébrale implique un manque d’organisation. Ils ont tendance à s’éparpiller facilement et à procrastiner par manque de vision claire et d’objectif clair. Cependant, ce sont des persévérants, des déterminés, des obstinés et ça fait d’eux de gros compétiteurs. Le coaching peut leur permettre de remettre de l’ordre dans leur pensées et leurs projets afin d’avancer plus sereinement. S’ils ont tendance à stagner, les compulsions et les pensées d’auto-sabotage peuvent vite refaire surface.


CULPABILITÉ


Vous êtes vous déjà demandés si vous éprouviez de la culpabilité par rapport à la souffrance d’une personne de votre entourage ? C’est une piste de réflexion que je vous propose pour terminer cet article. En effet, la culpabilité d’être en vie, la culpabilité d’être en santé, la culpabilité d’être belle aussi bizarre que cela puisse paraître ou la culpabilité d’être intelligente peuvent être de nombreuses causes à votre boulimie.


Pour aller plus loin, faites vous accompagner par votre coach Mathilde Löwin.

6 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout