Rechercher

D’où proviennent mes kilos en trop ?

Depuis une dizaine d’années maintenant, j’étudie le fonctionnement du corps et les causes du surpoids. J’ai connu ce que sont les kilos émotionnels et j’ai longtemps fais parti des personnes qui mangent leurs émotions. Cependant, la résilience m’a permis de transformer ce qui était à la base une très grande souffrance en une passion et une mission pour aider les autres.


Blog Potenti'Elle pour femmes qui souhaitent retrouver la liberté et la sérénité.

J’ai longuement étudié le métabolisme, la diététique, le fonctionnement de nos cellules et de notre micro-biote, ainsi que le pouvoir des pensées sur notre corps. Cette recherche d’une logique dans ce qu’on m’enseignait m’a permise de prendre de la distance par rapport à ce qu’on tenait pour vrai et à préférer l’expérience pour découvrir ma propre vérité. J’utilise aujourd’hui dans mon approche thérapeutique dix années de tests, d’expériences, d’études, de lectures et d’histoire personnelle qui me permettent de mettre facilement des mots sur les maux de mes clients. Cette recherche constante des causes profondes a fait de moi une naturopathe dans un premier temps puis une experte dans la relation que l’on entretient avec son Moi, que ce soit limage du Moi, notre corps ou ce qu’on pense du Moi, notre identité forgée de nos expériences.


C’est donc en cherchant à aider les autres que je me suis aidé moi-même. Ce qui me permet aujourd’hui de me sentir légitime d’aider mes clients, c’est cette connaissance accumulée qui me permet de faire rapidement le lien entre une pathologie et le ressenti.


Cela peut prendre du temps pour atteindre votre but et c'est une bonne chose. Parce que durant tout ce temps, vous aurez appris tout ce qu'il faut pour rester en haut de l'échelle.

Les clientes que j’accompagne actuellement ne souffrent pas seulement de leur surpoids ou de leurs kilos en trop. Elles souffrent également de la cause profonde qui les a fait prendre tout ce poids.


Je me souviens encore d’une cliente en obésité sévère depuis plusieurs années, multipliant les grignotages et ne souhaitant pas faire d’activités physique avant d’avoir perdu un certains poids.

Lors de mon bilan, ma cliente me dit ne pas savoir d’où vient son surpoids qui s’est accentué gravement en l’espace d’une année. Dans mon bilan, j’évoque l’alimentation, l’activité physique et les symptômes physiques tels que les ballonnements, les migraines ou les douleurs articulaires. Vient le moment où je cible mes questions sur le stress, le grignotage et l’activité physique. Dans mon écoute active et consciente, j’entends que ma cliente ne souhaite plus promener son chien seule ce qui pour elle entraine un manque d’activité physique et serait donc la cause de son surpoids (en plus du grignotage). Je lui ai donc demandé de me raconter pourquoi. Elle m’indique avoir été agressé par un autre chien par deux fois. Elle m’avait auparavant sorti des phrases comme « tout mon monde s’écroule » ou « Je me fais agresser dehors. »

Pour moi, il était évident que ma cliente avait peur du monde extérieur qui l’entoure ce qui lui faisait vivre l’expérience de ses croyances. J’ai donc terminé mon bilan avec une question ouverte et tourné dans le sens d’une probabilité :

« Se pourrait-il que vous preniez du poids pour vous protéger du monde qui vous entoure ? ». Ma cliente m’a confirmé que sa prise de poids a suivi de près son accident avec ce chien.


On pense à tort que les kilos émotionnels sont uniquement le résultat d’une compensation, manger pour se remplir ou manger pour oublier. Mais notre rapport à la nourriture dépend fortement de nos expériences et de ce que l’on souhaite exprimer.


Une personne anorexique est une personne qui pense que la minceur est un critère pour se faire accepter et aimer des autres. Cela peut également traduire une peur de passer à l’âge adulte et d’avoir les formes d’une femme.



"38% des obèses regrossissent après une Sleeve" .



Le surpoids ou la maigreur ne sont pas qu’une affaire d’alimentation. Il serait tellement simple d’avoir le corps que nous rêvons d’avoir si ce n’était qu’une question d’hygiène alimentaire. Une approche holistique est indispensable en cas de surpoids, d’obésité, de boulimie ou d’hyperphagie. Dans le cas d’une sleeve, la perte de poids est assurée suivant l’année de l’opération mais la tendance s’inverse sur le long terme. Une étude a montré que 38% des obèses regrossissent après une telle opération. La sleeve est un exemple parfait pour montrer que l’étiologie des causes n’est pas à écarter. Les personnes ayant eu recours à la sleeve n’ont rien acquis du rééquilibrage alimentaire qui leur ai indiqué.


Une prise ou une perte de poids n’est donc pas seulement une question de prise alimentaire et de nombre de calories. Il est important de s’intéresser à toutes les causes qui provoquent un surpoids ou une pathologie.


L’alimentation est la première cause à écarter en s’assurant que la personne ait acquis suffisamment de connaissance en termes d’aliments santé, d’indice glycémique des aliments, du fonctionnement de son métabolisme et des carences alimentaires pouvant provoqué du grignotage ou un sommeil perturbé. L’activité physique ou la culture physique telle que l’indique le naturopathe Grégoire Jauvais est une pratique permettant au corps de rester en santé et au métabolisme de rester actif. Ensuite, les différents symptômes physiques doivent être évoqué afin d’en supprimer les causes qu’elles soient alimentaires ou émotionnelles.



Pour aller plus loin

Faites vous coacher et accompagner par Mathilde Löwin.


0 vue0 commentaire